Un combat gagné…

 

Après 4 ans de procédures, le Tribunal du Travail de Dinant a rendu son verdict le 14 avril 2016:  mon employeur est condamné à m’indemniser des conséquences d’un accident de travail qu’il avait refusé de reconnaître en 2012 !
 
Le 23 février 2012, j’avais subi une blessure au coude lors d’une séance de self-défense, “incident” non reconnu comme accident de travail par mes supérieurs et confirmé par les autorités communales. A cette occasion, j’ai d’ailleurs perdu mes dernières illusions quant à l’honnêteté de certains collègues, assermentés pourtant, qui ont omis de dire la vérité ou se sont tus, notamment par peur de représailles de leur hiérarchie.  J’ai aussi perdu totalement confiance envers cette hiérarchie et les bourgmestres qui ont entériné cette décision…
 
Passons sur les tentatives d’intimidation par l’intermédiaire des services de contrôles médicaux, les manœuvres pour dévaloriser mon boulot et mon autorité sur le personnel, la suppression de la convocation aux réunions de travail, la coupure de certains accès informatiques, la mutation à distance de mon domicile pour un endroit où je n’avais strictement rien à faire,…
 
Alors que le jugement rendu est définitif depuis bien longtemps, il faudra encore près d’un an et demi pour que, à force de rappels et menaces de nouvelles procédures, la Zone de police m’indemnise totalement des frais encourus à l’occasion de cet accident !
 
Aujourd’hui, cette page est tournée.  Quant à la confiance que j’ai envers les politiciens, les policiers et les (ex-)gendarmes…